Bitcoin : Une révolution pour la diaspora et la finance en Afrique ?

Avoir une monnaie mondiale libre de tout contrôle d’Etat qui peut être utilisée de façon presque intraçable semble être trop beau pour vrai. Mais, la monnaie Bitcoin est une réalité, et elle a le potentiel de transformer la finance en Afrique. En tant que monnaie électronique, maintenue par un réseau peer-to-peer, le Bitcoin est basé sur un réseau ouvert, indépendant non seulement des contraintes géographiques de devises fortes, mais aussi des mesures de manipulation d'approvisionnement, réduisant ainsi sa sensibilité à l'inflation. Sa qualité anti-inflationniste est renforcée par le fait que sa masse monétaire soit limitée à 21 millions de Bitcoins même si elle se développe à mesure que le réseau s'accroit.

Comment cela marche ?

Pour pouvoir échanger des bitcoins, les internautes doivent installer un logiciel sur leur ordinateur. Ces utilisateurs allouent dès lors une partie de la capacité de calcul de leur ordinateur, et contribuent au processus de sécurisation des transactions. Les Bitcoins peuvent ensuite être stockés dans les portefeuilles virtuels cryptographiques sur des ordinateurs ou des smartphones, ce qui rend leur utilisation presque aussi anonyme que des espèces sonnantes et trébuchantes. « Par certains aspects, le bitcoin ressemble à des monnaies comme l'or car il y a une masse globale connue en circulation. Elle résiste donc à l'inflation et sa stabilité ne dépend pas d'un pays en particulier. Mais le bitcoin ressemble aussi à de la monnaie fiduciaire. Comme l'euro par exemple, la valeur d'un bitcoin dépend du fait que certaines personnes sont prêtes à l'accepter comme un moyen de paiement pour les biens et services », analyse Vili Lehdonvirta, spécialiste des biens virtuels et auteur d'une étude pour la Banque mondiale.

Une aubaine pour la diaspora africaine et leurs proches

Comment cette monnaie électronique peu connue pourrait décoller et transformer la finance en Afrique? Tout d’abord, notons que l'importance de l'argent envoyé par les diasporas vers les économies africaines est considérable. Ces entrées de capitaux privés ont une incidence directe sur le niveau des ménages et ont fait leurs preuves sur l’alimentation de la croissance locale, car elles pourvoient à des améliorations tangibles locales en fournissant un financement immédiat pour l'éducation et la santé ou des investissements dans les entreprises et les start-ups. Et, globalement ces paiements de transfert de fonds l'emportent sur les schémas d’aides humanitaires. Ce constat est vrai même dans un contexte où les transactions totales sont à la baisse en raison de la crise financière. Les migrants envoient toujours à la maison d’importantes sommes. Le Nigeria, par exemple, a reçu 10 milliards de dollars en 2009 en provenance de sa diaspora, et la contribution en pourcentage des paiements de transfert de fonds par rapport au PIB de certains pays est considérable avec, au Lesotho, un taux de près de 25%.

Le Bitcoin aide à résoudre bon nombre des problèmes actuels liés aux méthodes d’envoi d'argent vers les pays d’origines de la diaspora africaine. Les services de transfert d'argent sont efficaces, mais coûteux. Les virements bancaires peuvent également être coûteux tout en souffrant généralement d'un manque de rapidité et sont souvent inutiles pour les millions d'Africains sans compte en banque. De plus, envoyer de l'argent en utilisant régulièrement les services postaux est presque impensable. Le Bitcoin permet à ses utilisateurs de contourner les frais exorbitants pratiqués par les banques et les services de transferts, tout en offrant un service sécurisé, anonyme et surtout instantané. Ces facteurs sont clairement positifs pour l'impact économique et le développement des paiements de transfert de fonds car les expéditeurs qui seraient libérés des entraves de frais d'administration élevés pourraient fournir plus d'argent à leurs proches.

Transformer les paiements en Afrique

En outre, la monnaie pourrait apporter une sécurité renforcée pour les citoyens des pays où les mauvaises pratiques économiques et financières ont rendu leur monnaie trop instable ou, pire encore, sans valeur comme c’est le cas pour le dollar zimbabwéen. Bien qu'il soit peu probable que la monnaie représente un grand intérêt dans les pays à devise bien établie, l’attrait africain du Bitcoin est évident. Bien sûr, des problèmes d'infrastructure sont un obstacle majeur, et aucune monnaie africaine ne peut actuellement être échangée avec des Bitcoins. Cependant, avec la hausse des ventes de smartphones et une connectivité Internet qui devrait augmenter de façon exponentielle dans les prochaines années en Afrique, le Bitcoin semble plus que réalisable. Ces facteurs structurels associés à la réussite généralisée de M-Pesa, un système de transfert d'argent d’avant-garde via la téléphone mobile, montre que l'adoption de cette technologie ou quelque chose de similaire dans le futur n'est pas inconcevable.

Kader Diakité

Kader Diakité

Analyste sur Nextafrique.com.

Ingénieur en chimie fine, Kader travaille à Londres comme chercheur au sein d'une société de cosmétique. Ces centres d'intérêts sont la technologie, le développement durable et les sciences en général

Plus

Participez à la discussion