Publicité

Comme on l’entend souvent, lorsqu’on épouse un homme on épouse aussi sa famille. Cela n’est pas une métaphore mais bien l’expression de la triste réalité. La majorité du temps c’est très agréable d’avoir un beau-père : rationnel et surtout se mêlant de ses affaires les beaux-pères ne sont pas du tout gênant. On peut même envisager de vivre avec eux… mais cela seulement s’ils sont veufs !

Désolée de dire tout haut ce que toutes les femmes pensent tout bas, mais il n’y a rien de tel qu’un époux qui est orphelin de mère !

Soulever des nattes à la recherche d’un dromadaire égaré est un exercice de haute provocation auquel les hommes se livrent régulièrement, chaque fois que les évènements sortent de la coutume et dérangent. Alors ils grognent, posent des actes placides, désarticulés et agissent sans discernement, apparemment. En travail social spécialisé, nous traquons ces micro-actes et microtraces mais qui pèsent lourd de tout leur potentiel subversif. C’est en scrutant le contraste des germes qui fleurissent sur les changements sociaux que l’éducateur spécialisé mesure la force  et la profondeur des contre-courants aux normes dominantes de la société.

Ce nom a été maintes fois déformé par tous les écoliers de la Côte d’Ivoire des années 80, signe d’une renommée avant tout oral. Tantôt Bra Darius, Bradarrus ou Bras d’Arus! Lui c’est Likpa Koffi dit Brad Harris, culturiste ivoirien jouissant jadis du titre non officiel de l’homme le plus fort de Côte d’Ivoire. Il parcourait les écoles du pays et il fallait payer entre 25 et 100 FCFA pour le voir. Une belle somme pour l’époque et ceux qui ne pouvaient s’en acquitter arboraient des mines de veillée funèbre trois jours à l’avance.

Durant sa représentation, l’homme arrivait à tirer des véhicules avec la force de ses dents, soulevait des jantes en acier à bout de bras et se faisait rouler dessus par des Renault R4. Une résilience hors-norme et une obsession évidente pour les quatre roues me diriez-vous.

En Afrique subsaharienne, un marabout peut être défini comme « un sorcier ou un envoûteur, à qui l'on prête des pouvoirs de voyance et de guérison, et qui se propose de résoudre tout type de problèmes. (...) Les marabouts subsahariens puisent autant dans l'islam que dans l'animisme, le christianisme, le vaudou ou plus généralement la magie ».

Ils interviennent à divers niveaux de la société africaine, lorsque les gens rencontrent des problèmes, sont confrontés à la maladie ou au deuil...

Je n’aurai jamais cesse de citer Mayer Amshel Rotschild lorsqu’il s’agit de parler de l’argent et de son pouvoir dans le système capitaliste du monde. Le patriarche et fondateur de la dynastie Rotschild disait:

« Donnez moi le contrôle sur la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois ».

La société Thema vient de créer Nollywood TV, la première chaîne de longs métrages de fiction exclusivement africains.

« 1 film toutes les 2 heures, 1 nouveau film tous les soirs ». C’est ce qu’affiche le site internet de la chaîne qui présente une grille de programmes à 5 thèmes : Romance, Drama, Star, Action et Family.

Saviez-vous que sont exposées des sculptures sous-marines près de l'île de Grenade en l'honneur des esclaves Africains qui ont été jetés par dessus bord des navires négriers durant l'Holocauste africain ?

Nous devons cette exposition à Jason deCaires Taylor, un sculpteur anglo-guyanais qui a totalement renversé les codes de l’art sculptural. Ses œuvres sont époustouflantes, donnent la chair de poule et sont pleines de sens.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le journal sud-africain Times Live rapporte que Nollywood, l'industrie cinématographique nigériane, aurait produit plus de films l'an dernier qu’Hollywood (concurrent américain) et Bollywood (concurrent indien produisant environ un millier de film par an).

La mythologie de l’Afrique est à la fois unique et impressionnante de diversité.

Tant les créatures fantastiques historiques que la diversité des dieux du panthéon africain sont source de rêve et de voyages insolites...

En faisant, quelques recherches rapides, j'ai sélectionné les trois mythes africains qui m'ont le plus charmés.

Plus sur Next-Afrique