Watch the video

La 12e édition de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar (Dak’Art 2016) est lancée. Cette exposition autour des arts visuels est reconnue comme l’une des principales manifestations sur le continent africain à consacrer sa sélection aux artistes vivant sur et hors de l’Afrique.

« La biennale de cette année est placée sous le signe du redynamisme, de la relance avec la consolidation de certains acquis et avec beaucoup d’innovations. », annonce le secrétaire général de la biennale d'art contemporain africain de Dakar, Mahmoud Rassoul Seydi.

En effet, de nombreux évènements sont organisés autour de l’exposition centrale accueillie par l’ancien Palais de justice de la ville où soixante-sept artistes, originaires de 24 pays différents exposeront pendant un mois leurs œuvres. En marge de l’exposition centrale érigée sous le thème du « Ré-enchantement », une demi-douzaine de sites accueilleront les installations officielles de la Biennale jusqu’au 2 juin. Le volet off du programme propose au public près de 300 manifestations. Vernissages d'expositions, performances et spectacles seront également au rendez-vous.

« Dak'Art 2016 traduit l'union et la solidarité de ceux qui ont avant tout cette passion artistique, cette passion des oeuvres d'art. Aujourd'hui encore plus qu'avant, l'artiste est attendu dans des positions sociales de son activité générique »

Baïdy Agne, président du Comité d'organisation de la Biennale.

Pour sa part, le président sénégalais Macky Sall estime que la culture et l'art « ne sont pas de simples produits décoratifs ». « L'art et la culture sont l'esprit même de la civilisation. Ils façonnent l'aventure humaine en donnant sens aux actions de l'homme entièrement vouées à la maîtrise de son destin », ajoute-t-il.

« Il nous faut, en effet, interroger sans concession nos pratiques habituelles, prendre la mesure des ruptures nécessaires, les mener avec rigueur, mais dans le dialogue et la concertation. C'est à un tel exercice que je convie la grande famille de la culture dont je connais le souci de la qualité ainsi que le sens patriotique », exhorte le président sénégalais.

Pour les organisateurs de la biennale, il s’agit aussi de mettre en effervescence Dakar, terre au fertile de la création, lieu de bouillonnement artistique, vitrine de la créativité africaine, réceptacle de grands rendez-vous culturels et d’échanges commerciaux.

Muriel Panzu

Muriel Panzu

Analyste sur Nextafrique.com.

Joie, bonne humeur, humour, mise en scènes, voilà ce qui me caractérise. Passionnée par l'art et le théâtre africain, je reste à l'affût de toute nouvelle bonne ou mauvaise.

Plus

Participez à la discussion


Tendances