Ces villes africaines à forte croissance… qui feront que ça passe ou ça casse pour le continent !

Le monde se dirige vers la ville. Aucune partie de la planète n'est urbanisée plus rapidement que l'Afrique subsaharienne. La population d'environ 1,1 milliard du continent devrait doubler d'ici à 2050. Plus de 80% de cette croissance aura lieu dans les villes, notamment dans les bidonvilles.

Le résultat de cette transition urbaine sans précédent dépend de ce que feront les dirigeants politiques, d'entreprises, et civiques. S'ils adoptent les bonnes mesures, l'innovation, l'emploi et la croissance économique vont suivre. S'ils ne le font pas, on pourra s'attendre à plus de pauvreté et à des économies léthargiques et à de l'instabilité. Beaucoup de villes africaines, et donc le continent dans son ensemble, sont à un point de basculement.

L'avenir de l'Afrique : l'histoire de deux villes

L'Afrique est l'un des derniers endroits sur terre à s'urbaniser. Il y a étonnamment peu de consensus pour savoir si cela est une bonne ou une mauvaise chose. Certains optimistes sont convaincus que les villes africaines sont la nouvelle frontière : une croissance démographique soutenue va stimuler le développement économique, avec l'Afrique supplantant la Chine comme puissance mondiale de fabrication. Les pessimistes craignent que les villes du continent pourraient devenir surmenées par une urbanisation rapide et non planifiée, générant des bouleversements politiques, économiques et environnementaux, staurant les pays et éventuellement les régions.

Une grande partie de la croissance urbaine de l'Afrique a eu lieu dans le calme au cours des dernières décennies, loin des gros titres mondiaux des médias. En ce qui concerne la prolifération des villes - en particulier les mégapoles avec 10 millions d'habitants ou plus - la conversation a été dominée par l'Asie. Après tout, il y a seulement trois mégapoles en Afrique - Le Caire, Kinshasa et Lagos - et quelques unes de plus qui devraient rejoindre leurs rangs dans la décennie à venir.

Mais les mégalopoles ne sont pas toute l'histoire : comme l'urbanisation à l'échelle mondiale, la croissance la plus rapide et la plus problématique dans la révolution urbaine de l'Afrique est en cours dans les petites et moyennes villes. Une nouvelle cartographie de données sur les villes fragiles identifie 528 villes africaines avec une population de plus de 250 000 habitants. Le taux régional de croissance urbaine est en moyenne de 3,9% par an. Mais il ce n'est pas tant la taille que la vitesse de leur croissance qui importe.

La croissance incroyablement rapide de la population

La vitesse et le caractère non réglementé de la croissance urbaine jouent un rôle essentiel dans les perpectives de prospérité et de stabilité des villes.

africa population growth

Prenons le cas d'Antananarivo, capitale de Madagascar, qui se classe parmi l'une des villes les plus fragiles d'Afrique et dont la population urbaine est en croissance de 5,1% par an. Abuja et Port Harcourt au Nigeria, des villes avec des scores élevés de fragilité, enregistrent 6,2% et 5,1% respectivement. Entre-temps Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, connaît une incroyable croissance démographique de 7,2%, tandis que Mbouda au Cameroun est la ville à croissance la plus rapide ville du continent avec un 7,8% annuel. Gardez à l'esprit que le taux global moyen de croissance de la population urbaine est actuellement de 1,84% par an.

Les forces motrices

L'urbanisation turbocompressée de l'Afrique est entraînée par plusieurs facteurs.

Premièrement, il y a ce qu'on appelle la croissance démographique organique, l'expansion naturelle de la population en raison de l'excédent des naissances sur les décès, un phénomène entraîné, dans le cas de l'Afrique, par des taux de fécondité qui restent élevés.

Deuxièmement, il y a la migration - à la fois volontaire et involontaire - des zones rurales, avec des habitants cherchant une vie meilleure en ville en laissant des zones rurales plus pauvres, et dans certains cas, déchirées par la guerre derrière.

La migration rurale-urbaine est entraînée par des facteurs à la fois attirants et répulsifs. Les facteurs attirent qui amènent les populations rurales dans la ville comprennent les possibilités économiques, l'emploi, une meilleure connectivité, l'accès aux services essentiels et l'éducation. Les facteurs répulsifs qui poussent les gens hors du milieu rural sont notamment les conflits en milieu rural, la dégradation de l'environnement, le changement climatique et la pénurie de ressources. Ces facteurs peuvent agir ensemble pour créer un cercle vicieux, où les conditions rurales pauvres sont exacerbées par une fuite des cerveaux à mesure que les gens quittent la campagne à la recherche d'une vie meilleure en ville.

Troisièmement, la migration de la main-d'œuvre et de nouvelles formes de connectivité conduisent la migration à travers les frontières, la stimulation des estacades dans certaines villes, tout en dépouillant les autres du capital humain. Cela est particulièrement vrai en Afrique, qui a vu une partie de la croissance la plus rapide de la connectivité depuis le tournant du siècle. En l'an 2000, par exemple, il n'y avait que 30 000 téléphones cellulaires dans l'ensemble du Nigeria; en 2012, il y avait 113 millions.

Le rythme effréné d'urbanisation, combiné avec ce que l'on appelle l'explosion démographique de la jeunesse - en particulier la forte proportion de jeunes avec peu de perspectives d'emploi - est un facteur de risque majeur d'instabilité. La population de jeunes d'Afrique (15-24 ans) croît plus rapidement que celle de toute autre région. Environ 70% du continent a moins de 30 ans, et ce chiffre augmente dans les milieux dits fragiles. Les jeunes représentent environ 20% de la population, 40% de la population active et 60% des chômeurs. Tout en offrant un dividende démographique potentiel, l'explosion démographique de la jeunesse est aussi un formidable défi et un facteur potentiellement déstabilisateur pour les villes de la région.

Tous ces facteurs combinés crée un mélange combustible de risques qui font souffir de nombreuses villes à travers l'Afrique. Il est difficile de connaître l'ampleur de l'insécurité urbaine car la couverture des données et leur qualité sont extrêmement faibles. Par exemple, seule une poignée de villes - la plupart d'entre elles situés au Ghana, au Nigeria, au Kenya et en Afrique du Sud - rapportent publiquement leurs taux d'homicides.

Une autre façon de comprendre l'insécurité est d'employer des systèmes d'analyse de larges données pour suivre la violence politique et sociale sur une base quotidienne à travers des centaines de médias. En utilisant cette méthode, des villes comme Kano, Gombe, Jos, Okene et Zaria au Nigeria font état de taux de violence qui sont hors norme. Idem avec Kismayo, Merca et Mogadishu en Somalie. Pendant ce temps, les villes moins connues comme Huambo (Angola), Bukavu (République Démocratique du Congo), Bujumbura (Burundi), Sekondi (Ghana) et Durban et Kempton Park (Afrique du Sud) sont également à risque.

Villes modèles

Les nouvelles ne sont pas totalement sombres. Il y a beaucoup de résilience dans les villes africaines - résilience définie, dans ce cas, par les ressources d'adaptation que la ville et ses habitants peuvent débloquer pour faire face aux pressions de la croissance urbaine rapide. La résilience urbaine est noyée dans l'informalité des institutions d'une ville et dans l'ingéniosité de ses habitants. Et les villes africaines ne sont rien moins que dynamiques.

La bonne nouvelle est que les villes africaines ne restent pas passives. Les autorités urbaines dans les centres comme Narok et Kisumu au Kenya, et Moshi en Tanzanie investissent dans l'amélioration de l'évaluation des risques, la mise à niveau urbaine, l'utilisation plus intelligente des terres et des plans pour renforcer la protection de l'environnement. Les grandes villes comme Accra (Ghana), Arusha (Tanzanie), Enugu (Nigeria) et bien sûr Kigali redoublent également d'efforts en matière de résilience, notamment en partenariat avec l'Initiative 100 villes résilientes (100 Resilient Cities).

Il est encore temps de saisir l'avantage urbain de l'Afrique. En utilisant l'histoire comme guide, l'urbanisation apporte généralement un dividende économique. Il se traduit fréquemment par des standards de vie améliorés et un bien-être à moyen et à long terme. La croissance rapide de la population et l'explosion démographique des jeunes ne doivent pas entraver les progrès de l'Afrique.

Un développement urbain significatif ne se produit pas non plus spontanément. Une planification intelligente et inclusive à long terme est nécessaire. De nouvelles formes de gouvernance décentralisée sont garanties, notamment de plus grands pouvoirs donnés aux maires et aux administrations municipales, et une implication plus participative des groupes de la société civile et des populations de la ville. Une conversation continentale sur l'état des villes d'Afrique est nécessaire. Si l'avantage urbain du continent n'est pas correctement exploité, il pourrait conduire à une nouvelle ère de fragilité urbaine.

Robert Muggah et David Kilcullen

r muggahRobert Muggah est le directeur de recherche de l'Institut Igarapé et de la Fondation SecDev. Il est membre du Global Agenda Council sur la Fragilité, La violence et les conflits. Il travaille avec l'Université des Nations Unies et d'autres organisations sur un projet de cartographie de la fragilité et de la résilience dans les villes.

d kilcullerDavid Kilcullen est fondateur et président de Caerus Global Solutions et de First Mile Geo. Auparavant, il a servi 25 ans comme officier de l'armée, diplomate et conseiller politique pour les gouvernements australien et des États-Unis au Moyen-Orient, en Asie du Sud-Est et en Europe.

Plus

Participez à la discussion