La future unité médicale qui sera logée à l Hôpital du Mali permettra de réduire les évacuations sanitaires dues à cette maladie. Les évacuations des malades du cancer pour des séances de radiothérapie coûtent de plus en plus cher à notre pays.


Pour inverser cette tendance, les pouvoirs publics ont initié un programme de radiothérapie.


La première pierre du service d'hémato-oncologie du centre hospitalo-universitaire (CHU) du Point G et du nouveau centre de radiothérapie a été posée vendredi à l'Hôpital du Mali à Missabougou, par le président de la République, Amadou Toumani Touré. La cérémonie de la pose de la pierre de cette nouvelle unité s'est déroulée en présence de membres du gouvernement dont le ministre de la Santé, Badara Aliou Macalou, de présidents d institutions de la République, et bien d autres personnalités.


Le nouveau centre de radiothérapie sera le troisième en Afrique et le premier dans la région ouest-africaine. Il sera bâti sur 700 mètres carrés et coûtera 5 millions d'euros soit un peu plus de 3,2 milliards de Fcfa. Il est financé par la coopération autrichienne et sera construit dans un délai de 18 mois (pour les travaux de  génie civil et l'équipement). Le centre aura une capacité d'accueil de 700 malades par an et soulagera à coup sûr notre pays des dépenses liées aux évacuations sanitaires vers l Europe et d'autres pays du continent pour des besoins de radiothérapie.


La création du futur centre de radiothérapie procède de la détermination des pouvoirs publics à combattre le cancer. Cette pathologie représente de plus en plus un véritable problème de santé publique dans notre pays. Selon les statistiques fournies par le ministère de la Santé, ce sont les femmes qui sont les plus touchées par la maladie : 133 pour 100 000 habitants contre 102 pour les hommes. Le taux de mortalité standardisé pour 100 000 habitants est de 34,6 chez les femmes et 37,9 pour les hommes. Par ailleurs, le constat a été établi que dans notre pays, l'âge moyen des cancéreux était de 48 ans. A l'échelle du monde, les statistiques font état de 10,1 millions de nouveaux cas de cancer dont 6,2 millions de décès.


Un registre national


Le ministre en charge de la Santé, Badara Aliou Macalou a expliqué que les autorités sanitaires nationales ont pris la mesure du drame depuis 1986 et ont mis en place un registre national de cancer dans lequel il a été répertorié 7 198 nouveaux cas de cancer avec une prédominance féminine de 5151 %.


Il a donc été créé un service d'hémato-oncologie à l hôpital du Point G pour le diagnostic et la prise en charge. Le Mali a aussi bénéficié des apports de la coopération de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). À ces initiatives, il faut ajouter l ouverture d'un service d'anatomopathologie (diagnostic cytologique et histologique) à l'Institut national de recherche en santé publique (INRSP) et à l'hôpital du Point G. Il y a aussi l'unité pédiatrique structurée et fonctionnelle de l'hôpital Gabriel Touré qui travaille avec le groupe franco-africain d'oncologie et l'Association malienne de lutte contre le cancer.


Le futur centre de radiothérapie sera réalisé en trois phases. La première porte sur la création du service d'hémato-oncologie. Elle concernera la construction d une unité de consultation, des locaux de l'administration et pour l hospitalisation. Les deuxième et troisième phases consisteront en la construction d'un fortin pour le département curiethérapie où sera pris en charge notamment le cancer du col de l'utérus. Ces deux phases coûteront 11,5 milliards de Fcfa.


La construction du centre de radiothérapie pour le traitement lourd du cancer est le résultat d'une requête formulée par le président de la République, Amadou Toumani Touré auprès de son homologue autrichien. S adressant à la presse après la cérémonie d inauguration du centre, le chef de l'État a noté que le cancer devient de plus en plus fréquent en Afrique. Et qu il se féminise surtout. Amadou Toumani Touré a relevé que la pathologie nécessite un traitement difficile et donc coûteux.


Il a précisé que le pays dépense plus de 700 millions de Fcfa dans l'évacuation des malades du cancer vers l'Europe et d'autres pays africains. Amadou Toumani Touré a remercié son homologue autrichien avant de souligner que l ambition du pays est de soigner le cancer chez nous. Le futur centre de radiothérapie sera logé à l'hôpital du Mali à Missabougou inauguré le 23 septembre dernier dans la mouvance de la célébration du Cinquantenaire.

Plus

Participez à la discussion