Le paysage actuel du trading sur les matières premières exclut les personnes qui ne sont pas bancarisées voire exclues des systèmes commerciaux régulés.

Comment repenser le système de bourses de matières premières de sorte à intégrer tous les citoyens dans l'économie formelle et de générer de la prospérité individuelle, régionale et mondiale ?

Le paysage actuel du trading sur les matières premières exclut les personnes qui ne sont pas bancarisées ou qui restent en dehors des systèmes commerciaux régulés. Beaucoup d entre elles se trouvent en Afrique, continent qui possède des matières premières et des actifs recherchés comme le sucre, le blé, le coton, le maïs, le café, les terres arables, et l'élevage.

Ces citoyens ont besoin d'être intégrés à l'économie formelle de sorte à passer d un mode de survie ou de subsistance au jour le jour à un mode de création de richesse et de développement personnel.

« Il est temps de repenser les Bourses de matières premières pour bâtir l'autonomie des individus et libérer la richesse des nations », explique le spécialiste Julius Akinyemi, membre Donald Gordon Innovation à la Graduate School of Business (GSB) de l'Université de Cape Town et Entrepreneur en résidence à l'Institut de Technologie du Massachusetts..

De la même manière que le premier marché organisé avait été créé par nécessité à Chicago en 1848 en raison de l'incapacité des vendeurs d'accéder à des acheteurs, un échange virtuel est indispensable pour réunir les acheteurs et les vendeurs privés de leurs droits, et pour les intégrer dans le marché mondial d'aujourd'hui.

Développer un prix de marché réel pour les actifs

En moyenne, 70% des transactions commerciales dans les économies émergentes sont effectués en espèces. Dans certains pays d'Afrique, ce sont près de 90% des transactions qui ne sont pas déclarées. Lorsqu'il n'y a aucune trace de la transaction, il n'y a souvent pas la reconnaissance de la valeur des actifs.

Un vendeur a la plupart du temps davantage besoin de liquidités que de son produit, si bien que le marchandage fait partie de la transaction. Cela ne fait pas partie de la culture de connaître la valeur des actifs et c'est pourquoi les produits sont souvent sous-estimés dans les pays en développement, particulièrement en Afrique.

« En inscrivant les personnes, et en enregistrant leurs actifs et les événements de la vie sur une base de données numérique mondiale, et grâce à la modélisation économique, nous travaillerons à mobiliser les milliards de dollars d'actifs locaux actuellement dormants dans les pays en développement afin de générer du capital local qui alimente l'économie par l'intermédiaire de négoce de matières premières », indique Akinyemi lors d'une conférence en Afrique du Sud.

« En intégrant les économies en développement dans le marché du numérique, nous donneront une identité aux individus anonymes et sans visage qui sont actuellement exclus des bourses de matières premières. », ajoute-t-il.

« Les citoyens actifs deviendraient des nSuds de devises dans le nerveux système financier mondial leur permettant de participer à l'économie de marché et le libre-échange dans le mondial. Les investisseurs chercheraient encore le meilleur retour sur investissement à un niveau de risque acceptable. »

Vers une plateforme ouverte d'échange d information ?

Étant donné que la plupart des actifs des pays en développement sont sous-évalués, ces pays ont tout à gagner en mettant en concurrence les investissements étrangers comme cela a déjà été le cas pour les investissements de la Chine en Afrique. Cela permettra de rééquilibrer la répartition des investissements et d élever une partie de la balance des paiements pour réduire la disparité de la richesse.

Julius Akinyemi a développé l eRegistry, un système de jumelage pour les acheteurs et les vendeurs dans un marché virtuel, à travers une plateforme d'échange d'informations, à commencer par l'enregistrement des citoyens.

L eRegistry est une base de données des biens des citoyens (machines, bétail, terres agricoles et type de produit). Le registre contient également des fonctionnalités d'exploration de données localisées et des modèles économiques qui offrent des « richesses communes » à tous les coins du monde sans la traditionnelle mise de fonds conséquente.

La deuxième étape prévue par Julius Akinyemi est le développement d une plateforme ouverte d'échange d information à partir de laquelle pourrait être adaptée une société de courtage d'information qui crée un marché virtuel automatique d'offre et de demande.

L eRegistry offre des possibilités larges, et pourrait faire correspondre non seulement les acheteurs et les vendeurs, mais aussi des PME avec des institutions de microcrédit approuvées, des entrepreneurs avec les capital-risqueurs, et des médecins avec des patients virtuels.

Mais pour que le système fonctionne, plusieurs autres facteurs doivent entrer en jeu. En effet, un marché virtuel nécessite de l'argent virtuel pour être lancé, et l'une des conséquences de ceci est qu une monnaie numérique unique devrait être mise en place.

Un autre prérequis pour la mis en place d une plateforme d'échange mobile des matières premières est un système automatique de contrôle de conformité qui intègre des capacités d'auto-déclaration en ligne avec les exigences réglementaires locales.

La plateforme pourrait offrir un accès au trading avec des quotations de prix par type de produit sur une base temps réel et par SMS, contrats à terme numériques et des partenariats avec des banques locales pour le règlement financier des transactions.

Tant l eRegistry que la plateforme ouverte d'échange d'informations pourraient être construits à l'échelle du marché communautaire à un niveau national mais aussi mondial. « Ils bénéficient d une architecture agile pour répondre rapidement aux nuances locales », a déclaré Akinyemi.

Parier sur un système gagnant-gagnant

Pour Akinyemi, le plus intéressant dans un tel système est que tout le monde profite d un écosystème positif, créateur de richesse : les agriculteurs ou les producteurs locaux bénéficieraient de la réalisation d'un prix de marché réel, les fournisseurs jouiraient d'une large offre de produits, l accroissement des besoins en infrastructures de transport améliorées occasionneraient des opportunités pour les fournisseurs de services logistiques; et les gouvernements gagneraient sur chaque transaction enregistrée selon une base d'imposition.

Une des clés du succès du marché numérique est, bien sûr, l'élément le plus répandu de nos jours : l'appareil portable ou le smartphone.

Une technologie mobile largement accessible est un rouage majeur dans la transformation du paysage de la négoce de matières premières : la technologie numérique peut rendre inclusive la transaction commerciale financière.

Convertir les non-bancarisés est un autre processus qui doit être réalisé dans le but de créer un marché numérique, une autre étape dans la mobilisation des fonds en déshérence. « Tout citoyen pourrait être client d'une banque, n'importe qui pouvant monétiser ses actifs devrait être d'intérêt pour une banque », a noté Akinyemi.

L Traoré

L Traoré

Analyste sur Nextafrique.com.

L. Traoré a été consultante et risk manager au sein de plusieurs banques d'investissements de la place de Paris. Ses centres d'intérêts sont l'économie, la finance de marché et les nouvelles technologies.

Plus

Participez à la discussion