Moringa oleifera : Un arbre miracle qui ressemble à un supermarché

Lorsqu’une crise alimentaire frappe le continent, les pays africains ont tendance à se tourner vers la communauté internationale des donateurs pour mo

Populaires dans cette rubrique

Énergie en Afrique : Bientôt la lumière au bout du tunnel ?

Un sentiment d’urgence s’empare aujourd’hui du continent. L’Afrique peut se concentrer sur...

Innovation sociale : A la découverte du premier système d’irrigation à distance « Made in » Niger

Maîtriser parfaitement son système d’irrigation en le pilotant à distance à partir de son mobile...

L’agriculture en Afrique, une affaire de femmes

Les femmes sont au cœur des efforts déployés pour nourrir le continent.  En Afrique subsaharienne,...

arbre miracle

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Lorsqu’une crise alimentaire frappe le continent, les pays africains ont tendance à se tourner vers la communauté internationale des donateurs pour mobiliser l’aide. Mais un arbre à croissance rapide, résistant à la sécheresse, aux feuilles très nutritives, pourrait aider les nations pauvres et arides à lutter seules contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition.

Une plantation de 15 hectares de "l'arbre miracle" ayant pour nom botanique 'Moringa oleifera', a déjà commencé à opérer un changement positif dans le village rural de Tooseng, qui est situé dans l’une des provinces les plus pauvres d'Afrique du Sud, le Limpopo.

Les feuilles de Moringa sont considérées comme un "aliment super" parce des scientifiques ont constaté qu'elles contiennent du calcium équivalant à quatre verres de lait, de la teneur en vitamine C de sept oranges, du potassium de trois bananes, trois fois la quantité de fer présent dans les épinards, quatre fois la quantité de vitamine A présente dans une carotte et deux fois la quantité de protéines dans le lait. C'est comme un supermarché sur un arbre.

Mavis Mathabatha, une ancienne enseignante originaire de Tooseng, a travaillé dur pour mettre en place une ferme de Moringa au cours des trois dernières années, qui produira assez de feuilles pour apporter une différence positive dans sa communauté et au-delà. "Je veux produire un impact dans ma région, ma province et dans tout le pays à travers ce projet", explique-t-elle.

En 2009, elle a commencé à récolter, sécher et à écraser les feuilles de Moringa à partir des quelques premiers arbres qu’elle avait plantés, pour les saupoudrer sur les repas fournis à environ 400 enfants pauvres au centre d’assistance local 'Sedikong sa Lerato' (qui signifie "Cercle d’amour" en Sesotho).

Le centre nourrit les enfants issus de ménages ayant un revenu combiné inférieur à 250 dollars par mois, ce qui inclut pratiquement tous les garçons et filles à Tooseng, une communauté souffrant de forts taux de chômage, de pauvreté, d'insécurité alimentaire et d’une diversité de faible régime alimentaire, de la malnutrition et de l’infection à VIH.

"Les résultats étaient visibles presque immédiatement. La santé des enfants s'est améliorée en un laps de temps", affirme Elizabeth Serogole, la directrice du centre d’assistance qui travaille en étroite collaboration avec Mathabatha. Elle dit que beaucoup d'enfants présentaient des signes de malnutrition, comme des plaies ouvertes sur leurs peaux, qui ont commencé à cicatriser rapidement après que les enfants ont régulièrement mangé les feuilles.

Le fait de compléter leurs repas avec Moringa a également, de toute évidence, accru la capacité des enfants à éviter de nouvelles maladies et infections, et a renforcé leur développement mental. Serogole ajoute: "La plupart peuvent désormais mieux se concentrer à l'école". Il a suffi d’une cuillère à café de poudre de feuilles par jour.

Dr Samson Tesfay, un chercheur postdoctoral au Département des sciences horticulturelles de l'Université du KwaZulu-Natal, en Afrique du Sud, confirme que Moringa est vraiment une merveille à usages multiples.

"La plante Moringa est unique en ce sens que chaque partie peut être utilisée à des fins bénéfiques. Elle est utilisée à des fins médicinales, thérapeutiques, nutritives et pratiques. Elle est extrêmement efficace dans la lutte contre la malnutrition", explique Tesfay. En outre, les gousses immatures de Moringa sont remplies d'acides aminés essentiels.

Les feuilles de Moringa peuvent être également utilisées à des fins médicinales, pour traiter les infections de la peau, abaisser la tension artérielle et la glycémie, réduire les enflures, guérir les ulcères gastriques et calmer le système nerveux, explique davantage Tesfay. Cette plante, qui est originaire du nord de l'Inde, est utilisée dans la médecine ayurvédique depuis des siècles et préviendrait contre 300 maladies.

En outre, les graines de l'arbre peuvent être utilisées pour purifier l'eau dans les zones rurales où l'accès à l'eau potable est difficile et souvent une cause de maladie. "Les graines sont efficaces dans l’élimination d’environ 98 pour cent des impuretés et microbes de l'eau contaminée", souligne Tesfay.

Cet arbre de taille fine aux branches tombantes est non-invasif, a besoin de peu d'eau et pousse rapidement, atteignant trois mètres de haut en un an. Il pousse même régulièrement à Tooseng, dans la région du nord-est aride d'Afrique du Sud qui souffre de l'absence répétée de pluies ces dernières années.

"L'arbre peut survivre dans des conditions relativement défavorables et n’a pas besoin de méthodes ou d’intrants agricoles sophistiqués et coûteux", explique Tesfay.

Moringa pourrait donc devenir une méthode de prévention contre la faim largement utilisée, estiment les diététiciens, puisqu’elle peut pousser dans toutes les régions subtropicales du monde, où les sécheresses et la malnutrition sont fréquentes - dans la plupart des régions d'Afrique, d’Amérique centrale et d’Amérique du sud, du Moyen-Orient et d’Asie du sud-est.

Depuis 2009, Mathabatha a construit petit à petit sa plantation de Moringa. Après avoir entendu parler des nombreux avantages de l'arbre, elle a demandé une subvention auprès de l'agence régionale de financement, 'Southern Africa Trust' (SAT), qui l'aide à mettre en place sa propre plantation. Aujourd'hui, elle est l’heureux propriétaire de 13.000 arbres Moringa.

Mais Mathabatha ne s'est pas arrêtée là. Elle a voulu partager sa découverte des avantages nutritifs de Moringa avec les autres et a donc distribué plus de 6.000 plants de Moringa aux familles pauvres dans diverses communautés qui entourent Tooseng, en même temps qu’une campagne de sensibilisation sur la nutrition.

"Planter et distribuer Moringa est une approche holistique pour aborder le problème de l'insécurité alimentaire", affirme Ashley Green-Thompson, qui a géré la subvention du projet, expliquant pourquoi la SAT a décidé de le financer. "Le niveau d'insécurité alimentaire des ménages est l'un des principaux indicateurs de la pauvreté, et il est très élevé dans cette région".

IPS Afrique
Auteur: IPS AfriqueSite web: http://www.ipsinternational.org
Inter Press Service (IPS) analyse les événements et processus mondiaux touchant le développement économique, social et politique des peuples et des nations.