CardioPad : La tablette médicale camerounaise marque le début d’une nouvelle ère pour les soins cardiaques en Afrique

 Cardiopad, l’innovation de Marc Arthur Zang Adzaba, jeune ingénieur camerounais, va changer la vie de millions de Camerounais

Le Cameroun compte moins de quarante spécialistes cardiologues pour une population de vingt millions d'habitants. La quasi-totalité de ces professionnels de la médecine exerçant dans les grandes villes, à Yaoundé ou à Douala, il est très difficile pour la majorité de la population rurale du pays de recevoir un diagnostic et un traitement appropriés pour leurs problèmes de santé d’origine cardiaque.

Cette inquiétante réalité est sur le point de changer grâce à Cardiopad, l’innovation d'un ingénieur camerounais de vint-quatre ans : Marc Arthur Zang Adzaba.

CardioPad, est une tablette informatique médicale, qui permet des examens cardiaques, comme les électrocardiogrammes (ECG), dans les zones isolées et rurales. CardioPad utilise des électrodes, équipées d’un système Bluetooth, qui, placées sur la poitrine du patient, envoient un signal à l’écran tactile de tablette. Celle-ci transfère ensuite via une connexion sans fil les informations enregistrées à un spécialiste cardiaque n'importe où dans le pays pour qu’il puisse interpréter et diagnostiquer.

Selon l’OMS, les problèmes cardiaques sont responsables de 22 pour cent des décès en Afrique centrale. La plupart des décès sont dus à l'inaccessibilité des cardiologues dans les zones rurales. CardioPad élimine la nécessité pour les patients de ces zones d’effectuer des déplacements longs et coûteux vers les centres urbains en vue de recevoir des diagnostics cardiaques et des prescriptions médicales.

La capacité d’alimentation de la batterie de CardioPad est de plus de sept heures. Ce qui est un autre point positif pour l’utilisation de la tablette dans les zones isolées où l'électricité est rare.

Avec l'arrivée de Cardiopad, un patient qui constate des symptômes de problèmes cardiaques peut bénéficier d’examen ECG par une infirmière qui transmet ensuite les résultats sur l'un des réseaux cellulaires nationaux (MTN ou Orange) à un cardiologue. Les résultats transmis contiennent des données, des graphiques et des diagnostics préliminaires. Les cardiologues analysent les fréquences cardiaques ainsi captées puis ils peuvent transmettre un rapport et une recommandation pour un traitement à l'infirmière.

Marc Arthur Zang Adzaba, le fondateur de CardioPad, est ingénieur polytechnicien de Yaoundé depuis 2008. Il a ainsi céé Himore Medical, une société qui conçoit et fabrique des systèmes embarqués à usage médicale et qui fourni les services nécessaires pour faire des examens. La société dispose d'un personnel de sept chercheurs et ingénieurs et a travaillé avec un budget annuel de 20.000 dollars US. Arthur Zang a récemment demandé et reçu des fonds supplémentaires de 20 millions de Francs CFA par des bailleurs de fonds gouvernementaux et locaux du Cameroun.

« Avec 25 000 ou 30 000 euros, je peux ­produire vingt ou vingt-cinq tablettes Cardiopad. Certains Cardiopads seront destinés aux cardiologues et d’autres iront dans les centres de télécardiologie de chaque région. Donc, avec ce montant, je peux couvrir la totalité du territoire camerounais », disait-il, rapporte le webzine JeWandaMagazine.

Le premier ministre et ministre de la Santé camerounais ont approuvé CardioPad après plusieurs tests par la communauté scientifique camerounaise qui a validé l'exactitude et l'efficacité de la tablette.

Le dispositif de pointe n'est pas seulement plus accessible à la majorité des Camerounais, il a également réduit considérablement le coût de traitement des maladies cardiaques. Le coût standard des machines ECG et des cardiologues rend impossible pour les hôpitaux périphériques d’Afrique de fournir des soins cardiaques de qualité.

Selon Arthur Zang, « Le CardioPad permettra de réduire le coût de l'examen. Nous avons l'intention de vendre l'appareil à 1500 euros, alors que le prix courant d'un dispositif d’électrocardiographe est de 3800 euros. Si les hôpitaux achètent l'appareil à bas prix, ils seront en mesure de faire baisser les prix des examens médicaux ».

Les enregistrements et leur transmission sous forme numérique annihile la nécessité d’imprimer, et cela contribuerait également à la baisse du coût du traitement.

D’un point de vue technologique, la tablette est on ne peut plus moderne avec sa « petite taille et sa légèreté pour permettre une bonne maniabilité, son large écran tactile haute résolution incluant une couche de protection contre l'usure, sa batterie lithium-ion avec support de chargement, sa puissante CPU ARM et sa qualité professionnelle d’ECG à 12 dérivations avec capteur jetable et électrodes adhésives », note le site internet de BioTechWare.

Actuellement, CardioPad n’est utilisé qu’au Cameroun. Son principe et sa technologie seront sans doute bientôt mis en place dans de nombreux pays africains.

J.P. Ntchoum
Auteur: J.P. NtchoumSite web: http://www.nextafrique.com
JP Ntchoum est Responsable des systèmes d'informations dans le secteur pharmaceutique. Il a rejoint la communauté Next-Afrique en mai 2011.


Suivre Next-Afrique

Newsletter

Le Best-of Mensuel de l'Afrique qui pense qui crée et qui innove !

Rejoignez-nous :