L'économie de l'Afrique est sur la bonne voie et pourrait se rétablir plus rapidement de la récession que les Etats-Unis. C'est la conclusion du rapport Global Economic Prospects 2011 de la Banque mondiale sur les perspectives économiques mondiales pour 2011.

Le rapport, publié à la mi-janvier, prévoit que la croissance du produit intérieur brut (PIB) de l'Afrique subsaharienne passerait de 4,7% en 2010 à 5,3% pour cette année. Ce chiffre atteindrait les 5,5% en 2012.

Le rapport soutient spécifiquement que les prix des métaux, des minerais et du pétrole, ainsi que des investissements plus importants dans les entreprises manufacturières et les télécommunications, ont contribué à la croissance.

Selon Phumelele Mbiyo, stratège au sein du département de recherche sur les marchés mondiaux à la Standard Bank, les chiffres indiquent que l'activité économique, notamment en ce qui concerne les mines et la construction, est en pleine expansion dans la région. « La raison de cette croissance réside dans le fait que les prix des matières premières sont assez élevés et ils ont attiré des investissements, en particulier en provenance des marchés émergents comme la Chine. », a-t-il avancé.

Pour Mbiyo, les populations de classe moyenne pourraient bénéficier de ces projections positives, puisque les entreprises cherchent à employer du personnel local. « Il y a déjà des employés locaux dans les industries minières et de construction. Il va y avoir beaucoup de travail à l'avenir, à pourvoir notamment par les entreprises européennes et américaines qui ont beaucoup investi dans le secteur minier en Afrique. »

La forte croissance du continent

Le rapport indique que les meilleurs taux de croissance ne proviennent pas de l'Afrique du Sud, qui est habituellement le centre économique de la région. Au lieu de cela, les chiffres les plus élevés proviennent de pays comme le Nigeria, l'Angola, le Kenya, la République du Congo, l'Ethiopie, le Mozambique, le Botswana, la Zambie, le Malawi et la Tanzanie. Ainsi, les projections pour l Afrique du Sud sont de 3,5% pour 2011 alors que d'autres pays dans le reste de la région seraient amenés à croître en moyenne de 6,4% pour la même année.

Mbiyo a expliqué que ce n'est pas parce que la croissance en Afrique du Sud ralentit, mais plutôt parce que les autres pays entreprennent maintenant de nouvelles industries et partent sur la base d un PIB faible. « L'Angola est appelée à croître de 7% en moyenne alors que le Ghana connaitrait une hausse moyenne de 13% au cours des deux prochaines années. C'est parce que celui-ci commence à produire du pétrole. », a soutenu Mbiyo.

Il a ajouté que l'Afrique doit maintenant se concentrer sur le maintien de la croissance car le continent reste à la traîne derrière les autres grandes économies en développement et développées.

previsons BM économie afrique 2011

Les risques à prendre en compte

L un des risques majeurs soulevés dans le rapport est la hausse des prix des denrées alimentaires. En effet, une part importante des dépenses des foyers à faible revenu est allouée à l alimentation, et une hausse de 10 à 20% des prix pourrait gommer les retombées de la forte croissance enregistrée à travers le continent.

Les risques climatiques doivent être également pris en considération. Ainsi, les inondations qui se sont abattues sur plusieurs pays d Afrique occidentale (comme le Bénin) continuent de faire peser des doutes sur le secteur agricole.

A ces risques s'ajoutent les impondérables ayant trait au cadre politique, quand on sait que près d une vingtaine de pays devraient organiser des élections cette année. La prudence est donc de mise.

L Traoré

L Traoré

Analyste sur Nextafrique.com.

L. Traoré a été consultante et risk manager au sein de plusieurs banques d'investissements de la place de Paris. Ses centres d'intérêts sont l'économie, la finance de marché et les nouvelles technologies.

Plus

Participez à la discussion