A la Une

L’essor du commerce électronique sur le continent africain entraîne une évolution du consommateur traditionnel et les marques doivent adapter leurs stratégies ainsi que leurs modèles commerciaux afin de ne pas perdre de l’importance vis-à-vis des consommateurs et d’éviter un recul de leurs parts de marché.

L’Afrique est un continent riche. Certaines de ces richesses notamment le pétrole, le gaz et les minerais, ont entrainé une croissance économique rapide au cours cette dernière décennie. La mesure ultime du progrès, cependant, c’est le bien-être des populations— et la croissance récente en Afrique qui n’a pas encore contribué comme il se doit à la réduction de la pauvreté et de la faim. Elle n’a pas non plus amélioré l’éducation et la santé.

Le dynamisme démographique des pays en développement accroît les besoins éducatifs. Les États peinent à mobiliser les ressources suffisantes pour assurer la scolarisation du plus grand nombre. L’essor de l’enseignement privé permet de compléter l’offre publique. Mais pour garantir le développement d’un système égalitaire et de qualité continue, les pouvoirs publics doivent jouer leur rôle de régulation.

En toute circonstance et quel que soit la nature de l’achat, l’acheteur a des règles à respecter. Sur internet, bien que pas différentes, ces règles revêtent pourtant un aspect très accentué. Le site de vente www.jumia.cm livre les 10 appareils et gadgets régissant les plus grands actes d’achat sur internet.

L’Union internationale des télécommunications (UIT) a publié l’édition 2014 de son rapport « Mesurer la société de l’information ». Ce rapport présente notamment l’Indice du développement des TIC (IDI), qui permet de classer 166 pays en fonction de leurs performances en termes d’infrastructures, d’adoption des TIC et de capacité à les utiliser efficacement.

Au 21e siècle, le numérique est devenu la solution parfaite pour tout usager de savoir rentabiliser. Passé le cap de l'achat en ligne, c'est désormais la vente en ligne qui est devenu le nouvel apanage des « e-citizens » d'Afrique. Entre vraies affaires, commerces improvisés, bradages multiformes, l'Afrique est passé maître dans l'art de vendre du tout et du rien. Découverte d'un univers en pleine expansion encore méconnu...

Après la mise en garde du ministre des Transports quant à la conformité des auto-écoles exerçant au Cameroun, des services de contrôle sont passés sur le terrain pour la phase de contrôle. Entre entité légale et clandestine, dissociation sera faite. A cet effet, c’est aussi l’occasion de découvrir les 7 péchés capitaux les plus récurrents de ces auto-écoles.

Selon un nouveau rapport, les données dures relatives à la vente au détail, les besoins et le comportement des consommateurs combinés à des ensembles de données macro-économiques sont de meilleurs indicateurs d’opportunité et de succès sur les marchés africains.

S’il n'y a qu'une poignée d’entrepreneurs de moins de 30 ans qui ont réussi à bâtir des entreprises valant des millions de dollars, il existe un nombre croissant de jeunes Africains qui bâtissent des sociétés en forte croissance dans les secteurs alimentaire, de l'ingénierie, de la technologie, de l'hospitalité et bien d’autres.

Dans le souci d'offrir une couverture sociale à la majorité des Ivoiriens, le gouvernement de Côte d'Ivoire a initié un système de couverture maladie universelle (CMU). Le lancement de l'opération a débuté avec l'enrôlement du président Alassane Ouattara le 03 janvier 2015. Beaucoup de personnes ont applaudi cette décision, mais quels en sont les enjeux et les défis ?

Une nouvelle technologie de séchage du poisson facile à monter et lancée par la FAO peut contribuer à réduire les risques pour la santé, accroître la sécurité sanitaire et la qualité des aliments, améliorer les conditions de travail et diminuer les pertes alimentaires dans les villages de pêcheurs d’Afrique de l’Ouest.

L’étude montre une diminution de la mortalité chez les patients ayant une faible charge virale. En revanche, le médicament semble ne pas avoir d’effet sur les patients ayant une charge virale élevée. C’est ce que révèlent les premiers résultats d’un essai clinique toujours en cours.

Dans les Blogs

Produits alcoolisés au Cameroun : « augmentez le prix, on va toujours boire »
Rate this blog entry:
Réponses à 5 questions clés sur Boko Haram et l'avenir du Nigéria
Rate this blog entry:
Innovation Tech : La Côte d'Ivoire dit #hello2015 avec « The whub »
Rate this blog entry:
Publicité

Sur le web

Retrouvez-nous sur Facebook

Showroom

Grid List

Quelques semaines seulement après les évènements dits «Charlie Hebdo», la classe politique sénégalaise est aujourd'hui plongée dans une ébullition d'un fait d'ordre communicationnel. Des accrochages verbaux tous azimuts, fondés généralement sur des révélations attentatoires, des calomnies ou injures, poussent à porter un regard critique sur le débat politique sénégalais qui, désormais, ne porte plus sur des questions éminemment idéologiques encore moins d'intérêt général, mais sur l'art de ternir, par tous les moyens, l'image de son adversaire.

Organiser un mariage n’est plus seulement une affaire de professionnel, semble-t-il. Avec l’internationalisation du monde, favorisé par le média Internet, organiser et gérer un mariage est devenu une affaire, mieux une passion pour des acteurs de réseaux sociaux. Achat de robes et costumes, tracking de lieux de cérémonie, location de véhicule, service traiteur… Tout ou presque y passe.